MAPS 1 Atelier 2 Changement d’OS et dynamiques agraires

Atelier 2 Changement d’OS et dynamiques agraires

La structure et le type des réseaux peuvent influencer la configuration paysagère du fait d’interactions spatiales et/ou sociales entre agriculteurs (RL et RSE), ou encore du fait de la poursuite d’un objectif global défini par des groupes ou institutions à des échelles régionales ou nationales (RG).

Ces trois types de réseaux possèdent a priori des influences différenciées sur l’évolution de la mosaïque paysagère. En effet, les réseaux de voisinage tendent à faire émerger des formes spatiales locales, rendant compte de phénomènes d’auto-corrélation spatiale. De plus, le principe de diffusion est continu et provoque une homogénéisation progressive de la mosaïque paysagère. Le réseau socio-économique, tel qu’il a été définit dans IRIUS, s’inscrit dans l’espace de manière aléatoire, ce qui ne permet pas de présager d’une influence spatiale particulière. Enfin, les réseaux globaux, s’ils envoient une information unique comme c’est le cas ici, tendent à provoquer une uniformisation du paysage.

Hypothèses

Après avoir identifié les éléments dont on veut observer et analyser le comportement lorsqu’ils sont mis en interaction, nous avons émis plusieurs hypothèses :

–         l’hypothèse générale est que la mosaïque paysagère évolue en fonction des informations que les agriculteurs reçoivent de réseaux aux organisations spatiales différentes. Celle-ci se décline ensuite en plusieurs hypothèses secondaires.

 

o       Pris individuellement et couplés avec les contraintes culturales, les réseaux engendrent des dynamiques spatiales caractéristiques. Ainsi, le réseau local de voisinage produit des impacts de proximité, le réseau des politiques publiques engendre des dynamiques spatiales globales, tandis que le réseau socio-économique engendre une structure paysagère et une dynamique spatiale aléatoire. L’hypothèse quant au rôle des contraintes culturales est qu’elles atténuent la vitesse et l’ampleur de ces processus.

 

o       Lorsque l’on superpose les réseaux, la prise en compte des informations issues des trois réseaux par les agriculteurs et les choix effectués en conséquence atteignent un niveau de complexité que ne nous permet pas de présager d’une structure et d’une dynamique spatiale particulière.

You can download the last version of the IRIUS model HERE  (runs under netlogo 4.1.1)